Lors de la réunion des directeurs de la circonscription Nîmes 1, l’un des médecins scolaires du secteur a fait part de son désarroi face au manque de médecins scolaires et a indiqué qu’elle n’aurait plus le temps de se déplacer pour signer tous les PAI.

Le SNUDI FO n’a de cesse de revendiquer, avec sa fédération, la création de tous les postes de médecins scolaires nécessaires et dénonce les conditions de travail déplorables de ces personnels.
Pour autant, on ne peut accepter un tel renoncement à des missions essentielles qui mettrait gravement en danger les enseignants et qui procède d’une « adaptation » à la politique d’austérité qui nous est imposée depuis des années par les gouvernements successifs.
Déjà, les enseignants de grande section devaient faire un « pré-diagnostic » de leurs élèves pour qu’ils puissent bénéficier d’une visite médicale, depuis deux ans, le Lion’s club a pris en charge le dépistage visuel en lieu et place d’un organisme public… et maintenant on voudrait rendre anodin le fait, pour un enseignant, d’administrer un traitement médical à ses élèves !
Nous espérons qu’il ne s’agit-là que de la simple expression d’une exaspération bien légitime de la part de ce médecin qui n’aura aucune conséquence dans les écoles et que l’administration fera en sorte que tous les PAI soient rédigés et visés par un médecin scolaire.
Affirmer qu’un simple certificat médical du médecin traitant suffit pour administrer un traitement à nos élèves et qu’il est inutile, pour le médecin scolaire, de signer le PAI n’est pas conforme à la circulaire n° 2003-135 du 8 septembre 2003 qui précise bien que c’est « le médecin scolaire » qui « détermine les aménagements particuliers susceptibles d’être mis en place » et que « le rôle de chacun et la complémentarité des interventions sont précisés dans un document écrit rédigé par le médecin scolaire ».
Si vous avez eu de tels échos alarmants dans d’autres circonscriptions ou si vous êtes déjà confrontés à des problèmes,  faites vite remonter vos infos ou vos dossiers au SNUDI FO qui doit prochainement rencontrer le DASEN en audience et mettra cette question à l’ordre du jour.
Pascal Gasquet
secrétaire départemental