Pascal GASQUET

Pascal GASQUET

Secrétaire Départemental

Nommé au   CTSD et au CDEN (titulaire)

Il met son expérience et ses compétences à votre service pour suivre votre dossier : conflit au sein de l’école, problème avec l’administration, protection fonctionnelle, AVS en fin de contrat…Il sait tout, sur tout, incollable.

Permanences: lundi et vendredi matin , mardi et jeudi après-midi

Morgan PONTLEVE

Morgan PONTLEVE

Elue en CAPD

Elue en CAPD (carrières, promotions, mouvement, situations individuelles, congés…).

Spécialiste des questions sur l’ESPE.

 Jacqueline BEX

Jacqueline BEX

trésorière

Nommée (sup) CTSD (carte scolaire, gestion des postes, plan de formation)

C’est elle qui s’occupe de vos adhésions, renouvellement…Enfin, de la trésorerie quoi!

Permanences: le  mardi après-midi  et vendredi.

Harry KOWALCZYK

Harry KOWALCZYK

Secrétaire départemental adjoint

Élu CAPD (carrière, promotions,mouvement, situations individuelles, congés…).

Nommé au CHSCT (défense de la santé physique et psychique des personnels, conditions de travail).

Expert sur les questions d’hygiène, sécurité et les conditions de travail.

Permanences: le mardi et le jeudi.

Patrick FAUCHE

Patrick FAUCHE

Secrétaire Départemental Adjoint

Référent pour les questions de direction  mais pas que.

Organisateur des RIS et tournées d’écoles.

Permanences: Les après-midi de lundi, mardi, jeudi.

Amandine LAMOULIE

Amandine LAMOULIE

Secrétaire Départementale Adjointe

Notre représentante en Commission de Réforme (titulaire) et en CAPD (carrière, mouvement,promotions, situations individuelles, congés…)  Permanence: le mardi.

Barbara CALDAS ARAUJO

Barbara CALDAS ARAUJO

Secrétaire départementale adjointe

Elue (sup) en CAPD (carrières, promotions, mouvement, situations individuelles, congés…).

Responsable du secteur de Bagnols.

Permanence le mardi.

Permanences à l’ESPE le mardi de 12h à 14h

 Céline JEAN

Céline JEAN

 

 

Elue (sup) capd (carrière,promotions, mouvement, situations individuelles, congés…)

 

 

.

Et tout plein de militants   pour te conseiller, t’informer et défendre tes intêrets.

Isabelle CHENOU

Isabelle CHENOU

Elue CTSD ( carte scolaire, gestion des postes, plan de formation…)

 

Elue (sup) CDEN (organisation et gestion des établissements scolaires)

 

.

Alexandra ARNAUDET

Alexandra ARNAUDET

Nommée (sup) au CTSD (carte scolaire, gestion des postes, plan de formation…)

Nommée (sup) au CDEN (organisation et gestion des établissements scolaires).

Permanences à l’ESPE le mardi de 12h à 14h

 

.

Nos positions et revendications

Défense du statut de fonctionnaire d'État

Le SNUDI FO se bat pour la défense du statut de fonctionnaire d’État et des garanties statutaires des enseignants du premier degré. Nous voulons l’abandon du projet de décret modifiant les ORS des PE, et l’abandon des 108 heures pour tous les collègues.

Nous nous opposons à ce projet de décret qui crée de nouvelles « missions » pour les PE, remet en cause la référence aux 36 semaines d’enseignement en la remplaçant par la notion d’année scolaire sans durée définie, engage un processus de mise en place des 1 607 heures annualisées contre le statut actuel, introduit l’obligation pour les PE de participer à la liaison école-collège, tente d’imposer une « forfaitisation » des 108 heures qui, sous couvert de responsabilisation individuelle, aboutit à la flexibilité et à leur dépassement…

Pour une augmentation du point d'indice

Le point d’indice est la base de rémunération des fonctionnaires. Son évolution est bloquée depuis près de 10 ans.

Dans le même temps, l’inflation officielle a été de 15%, c’est autant de pouvoir d’achat perdu pour tous les fonctionnaires alors même que nos missions se sont complexifiées. Nous ne méritons pas une telle sanction.

Nous exigeons donc au minimum une augmentation de 15% du point d’indice et une indexation à minima sur l’évolution réelle du coût de la vie.

Plus spécifiquement pour les enseignants, notre rémunération est à la traîne par rapport à la grande majorité des pays développés alors même que notre charge de travail est l’une des plus élevée. Voir le comparatif ICI.

Abandon du décret sur les rythme scolaires

La réforme des rythmes scolaires et les PEDT conduisent à la territorialisation de l’école au détriment du caractère national de l’enseignement. Cette réforme aboutit à remettre en cause l’école républicaine en donnant la priorité aux activités péri-scolaires et en remettant en cause la mission d’instruction de l’école.

Elle aboutit à favoriser l’ingérence des élus locaux dans le fonctionnement de l’école mais aussi dans les droits et devoirs des PE et instituteurs (définition des horaires scolaires, organisation pédagogique, utilisation des locaux scolaires pendant ou hors temps d’enseignement, remise en cause de l’autorité hiérarchique sur les enseignants…)

Pour un retour à une vraie formation des stagiaires...

Après l’obtention d’un concours difficile, les stagiaires sont placés sous la double tutelle Université / Education Nationale. Ils passent la moitié de leur temps en classe, sans formation, le reste en cours et on leur en demande toujours plus : l’obtention du MASTER 2, la rédaction d’un mémoire, d’un travail scientifique réflexif, et bien entendu la préparation de la classe, l’assiduité aux cours et la présence aux réunions à l’école… C’est trop !
Tous attendent la validation en fin d’année mais pour certains, c’est prolongation de stage voire même licenciement. Et dans certains départements, on embauche les stagiaires licenciés en tant que contractuels.
Le SNUDI dit STOP ! Nos stagiaires paient le prix de la masterisation. Revenons à une véritable formation avec des stages en responsablité qui ne correspondent pas à la moitié du temps de formation. Nous exerçons un métier difficile et il est primordial de permettre à nos futurs collègues d’appréhender la complexité de ce métier dans des conditions sereines !

REP+ : assez de déréglementation !

Les REP+ constituent une voie ouverte à l’autonomie des établissements, à la flexibilité et à la déréglementation avec des missions locales et territorialisées. Cela aboutit à la mise en place de « dispositifs » (ZIL REP+, plus de maîtres que de classes, moins de 3 ans…) qui exposent les enseignants à des fonctionnements définis localement et à des pressions de toutes sortes.

Nos obligations et horaires de service n’ont pas à être subordonnés au projet de réseau REP+ en contradiction avec les garanties statutaires définies par le statut national des PE : aucune obligation de participation au dispositif REP+ et d’utilisation du « temps libéré », aucune obligation de participation aux réunions de concertation et de formation dans le cadre des 54 heures (en plus des 108 heures !) ou aux réunions du conseil école/collège, une réponse immédiate aux besoins réels des écoles (allègement des effectifs, création de classes et de postes spécialisés, reconstitution et renforcement des RASED, augmentation du nombre de remplaçants…)