CAPD DU 13 SEPTEMBRE : INFOS TRÈS IMPORTANTES !!!

Promotion à l’échelon spécial de la Classe Exceptionnelle

En application de la note du 19 février 2018 de la DGRH, 9 promotions sont possibles mais seulement 4 collègues remplissent les conditions… il sont donc promus !

Le SNUDI FO demande à ce que les 5 promotions « perdues » soient réinjectées pour la prochaine campagne mais le DASEN nous indique qu’il s’agit de simple « possibilité » et non de « moyens » et que, par conséquent, elles sont perdues !

Le DASEN nous informe également qu’à l’horizon 2022, la classe exceptionnelle représentera au maximum 10% des PE… ce qui signifie que pour qu’un collègue soit promu, il faudra attendre qu’un collègue « sorte » !!!!

Une démonstration de plus de l’arnaque PPCR … même si, en CAPD, le SE félicite toujours et encore d’avoir collaboré à sa mise place ! Un conception de l’action syndicale radicalement différente de celle du SNUDI FO qui ne poursuit qu’un seul objectif : combattre bec et ongles les réformes qui vont à l’encontre des intérêts des collègues.

Suite à notre questionnement, le DASEN nous indique que les critères retenus pour ces promotions à la classe exceptionnelle ont été, d’une part, les avis des IEN puis un « équilibrage » hommes/femmes.

Le SNUDI FO alerte le DASEN sur le fait que ses avis n’apparaissent pas sur Iprof : il semblait l’ignorer et va régler le problème.

Ineats/Exeats

Durant l’été, 3 ineats ont été acceptés : 2 issus d’échanges et 1 concernant un personnel spécialisé.

11 exeats ont été accordés mais 4 collègues n’ont pas obtenu leur ineat et 2 collègues ont renoncé.

Le DASEN s’est basé sur les priorités d’ordre médical et social et les rapprochements de conjoints.

Une seule PES, soutenue par le SNUDI FO, a obtenu son exeat en raison d’un dossier particulièrement lourd.

Le SNUDI FO a rappelé au DASEN que des collègues T1 vivent des situations intenables alors que des échanges étaient possibles.

Le SNUipp rappelle, quant à lui, qu’il est opposé aux échanges.

Affectations de rentrée post mouvement

Le DASEN, rappelle qu’il pourrait très bien, à l’issue du mouvement principal, affecter, dans l’intérêt du service, les personnels les uns après les autres sur les postes vacants !

Pour les CP et CE1 dédoublés vacants à la rentrée, l’administration a d’abord contacté par téléphone les collègues du vivier n’ayant pas obtenu de poste dédoublé au mouvement, en fonction de leur domicile (sauf directeurs et collègues à temps partiel)… mais sans tenir compte du barème ! 4 postes ont ainsi été pourvus. Puis l’administration a contacté des collègues BD hors-vivier pour pourvoir les deux postes restants.

Pour le SNUDI FO, même si nous sommes conscients de l’urgence à pourvoir ces postes dès la rentrée, un tel traitement inégalitaire n’est pas acceptable :  ainsi une collègue, pourtant dans le vivier, qui avait fait savoir à l’administration, avant les congés d’été, qu’elle serait intéressée par l’un de ces postes vacants, n’a jamais été contactée.

Nous avons ici une exemple de plus des dérives que permettent les postes à profil en terme de gestion des personnels.

AVS et AESH

Le Secrétaire Général a fait la demande de 80 recrutements à Pôle Emploi.

Le Décret du 27 juillet 2018 a assoupli les conditions pour devenir AESH (contrat de droit public) : 9 mois d’expérience professionnelle dans les écoles et plus d’exigence de diplôme.

Il a donc proposé à tous les personnels en CUI, ex aide-administrative, de basculer sur des fonctions d’AESH, ce qui pourrait leur permettre d’accéder à un CDI.

Pour autant, il est bon de rappeler que ces personnels ne peuvent jamais travailler à 100% (35 heures hebdomadaires) et qu’ils ne touchent  donc jamais un salaire complet.

PAI 

Interrogé par le SNUDI FO sur les modalités de mise en place des PAI dans les écoles, le DASEN rappelle qu’il a rédigé une circulaire l’an dernier, qu’elle demeure inchangée cette année… mais qu’elle n’a pas été encore envoyée dans les écoles !!!!  Nous demandons donc à ce qu’elle soit envoyée le plus rapidement possible.

Comme l’an dernier, va se poser le problème du manque de médecins scolaires. Le départ de 2 d’entre eux va être compensé par l’arrivée de 2 nouveaux personnels sur leur postes, mais nous resterons donc avec 4 postes de médecin scolaire vacants sur le département.

Ceci n’est pas de notre fait, et ce n’est pas pour cela que nous devons nous improviser personnels de santé.

Les textes sont très clairs sur ce point et nous les rappelons :

Le code de l’éducation (article D351-9), tout comme le Bulletin Officiel n°34 du 18-09-2003 stipulent bien que tout PAI doit être « élaboré avec le concours du médecin scolaire » et « dans le respect des compétences de chacun ».

Certes, c’est au directeur d’école de veiller à son élaboration quand elle est nécessaire au sein de l’école, mais la présence du médecin scolaire est bien indispensable, dans la mesure où le protocole de soins d’urgence, de même que l’ordonnance précisant le traitement « est adressé sous pli confidentiel au médecin scolaire » (ou médecin de la PMI) et c’est à lui que revient de fournir « une information aux personnels accueillant l’enfant bénéficiaire du PAI sur les modalités de l’injection » par exemple.

En outre, tous les formulaires PAI proposés en annexe de ces textes réglementaires requièrent la signature du médecin scolaire.

Et le BO d’insister sur l’importance d’une formation ou sensibilisation à l’accueil des enfants malades à l’attention de l’ensemble des personnels intervenant régulièrement auprès de ces enfants.

Aucun PAI ne doit donc être signé en l’absence d’un personnel compétent, il ne va de notre responsabilité ! 

La présence indispensable du médecin scolaire pour la signature des PAI dans les écoles fait l’unanimité des organisations syndicales présentes à la CAPD.

En cas de problème, contactez immédiatement le SNUDI FO !

Complément des temps partiels à 80% :

Le DASEN nous confirme que les enseignants travaillant à 80% auront 7 journées complémentaires à effectuer dans leur école, pendant que les TD qui les complètent sur ces journées seront envoyés en tant que ZIL :

–  3 journées pour décharger des directeurs d’écoles à 3 classes (si possible avant les vacances de Toussaint)

– 4 jours pour remplacer les enseignants de CP/CE1 dédoublés dans les REP et leur permettre de bénéficier d’une formation spécifique (comme leurs collègues de REP+).

Aucune différence ne sera retenue dans l’organisation de ce planning entre les 80% de droit et ceux sur autorisation (sauf cas exceptionnels si raisons médicales lourdes) malgré la demande du SNUDI FO.

Les consignes pour la mise en place de ce planning seront transmises par les IEN dans les plus brefs délais.

Pour les collègues qui ont déjà effectué 1 journée de rattrapage, lors de la rentrée par exemple, cette journée pourra être récupérée sur le dispositif si et seulement si il y a eu une demande écrite auprès l’IEN avec réponse favorable.

Evaluations CP CE1

Le DASEN considère que ces évaluations sont les plus « robustes » qu’on n’ait jamais eues, et que ce sont les enseignants qui sont là pour leur donner du sens auprès des familles et des élèves. Il assure n’avoir senti aucun manque de sérénité chez les enseignants à cet égard !!!!!!!

Interrogé par le SNUDI FO sur les conditions matérielles (de temps et de budget) de leur passation, le DASEN assure que les versions papier des évaluations sont arrivées dans les circonscription et ne devraient donc pas tarder à arriver dans les écoles. Le temps de passation sera pris sur le temps de classe ordinaire et la saisie des résultats pour chacun des élèves se fera en lieu et place de la correction. Il y aura un temps de formation spécifique pris pour les enseignants CP CE1 dédoublé pour l’analyse des résultats (à retrouver dans le plan de formation à venir).

IDPE

Le problème du versement de l’Indemnité Différentielle des Professeurs de Ecoles n’est toujours pas réglé au niveau national malgré les interventions incessantes du SNUDI FO au ministère.

Le DASEN nous annonce cependant que nous annonce que la situation serait débloquée pour janvier 2019 !

Alors que l’on demande toujours plus aux enseignants, notre ministère n’a même pas la décence de leur payer ce qui leur est dû en temps et en heure !

Le SNUDI FO reste vigilant et vous tiendra au courant au jours le jour de nos avancées au ministère.

Stages MIN 

Les candidatures aux stages MIN concernant l’AESH ont été traitées en fonction des ressources financières disponibles dans le département, notamment pour payer les frais de déplacement des stagiaires.

C’est encore une fois un argument économique qui détermine nos possibilités de formation !

Sur les 25 candidatures, seulement 5 ont été retenues dans le Gard, sur des critères et des priorités définies par le DASEN, exclusivement au profil et bien sûr en dehors de toute considération de barème…et sans aucune certitude pour autant sur l’acceptation de ces candidatures au niveau national.

Mise en place des RH de proximité : danger !!!!

Ça y est nous y sommes ! Après les entretiens d’embauche des postes à profil, ce sont des équipes de RH qui vont débarquer sur le terrain !!

Le département du Gard et celui de la Lozère deviennent les départements pilotes de l’académie pour l’expérimentation d’équipes de « Ressources Humaines de proximité ».

Le DASEN nous assure qu’il n’y aura aucune interférence avec les missions des IEN, qu’il s’agit seulement de « croiser les regards ». Ces personnels seront « hors-hiérarchie » et recrutés sur poste à profil. Leurs missions seront d’ « entendre les personnels sur les questions d’évolution de carrière » et de faire des « diagnostics RH dans les établissements, avec entretien des personnels, que ce soit à la demande de l’IEN ou bien du chef d’établissement ».

Le SNUDI FO est de plus en plus inquiet pour l’avenir des CHS CT et des IEN !!!!.

Amandine Lamoulie, Patrick Fauché, Pascal Gasquet

Vos délégués du personnel SNUDI FO

Pour faire face à toutes ces attaques, vous ne pouvez compter que sur le SNUDI FO, et pour que nous soyons encore plus forts, syndiquez-vous (sur ce site   ou avec le bulletin à télécharger ICI)